AccueilMangasAttaque Des TitansL'Attaque des Titans : la série nous avait révélé tous ses secrets...

L’Attaque des Titans : la série nous avait révélé tous ses secrets dans la saison 2

Alors que la saison finale de L’Attaque des Titans se rapproche, on se souvient du moment où la deuxième saison nous avait dévoilé tous les événements du manga sans que nous le sachions.

Cet article ne contient aucun spoiler si vous êtes à jour dans la série ! 

Malgré les difficultés de Mappa pour diffuser la saison finale de l’Attaque des Titans selon un calendrier cohérent, nous approchons inévitablement du dénouement. C’est bientôt le moment de célébrer pour tous les fans de la série qui n’ont pas cédé à la tentation de lire le manga et sont restés purs afin de découvrir la conclusion à travers son adaptation animée. En attendant l’arrivée de la première partie de cette dernière saison (oui, c’est compliqué) le 3 mars prochain, nous avons revu la deuxième partie de la saison 4 de l’Attaque des Titans.

Ainsi, cela a été l’occasion de redécouvrir l’excellent générique de fin de la saison 2 (le troisième de la série). Et il est indéniable que ce générique a réussi à accomplir l’une des prouesses les plus incroyables de l’adaptation du manga d’Hajime Isayama – même s’il était entre les mains du studio Wit. En réalité, ce mystérieux générique de fin spoilait déjà toute l’histoire du manga, même pour ceux qui étaient à jour avec les derniers chapitres.

Si la fin de la saison 3 de l’Attaque des Titans révélait la véritable nature du monde dans lequel vivent Eren, Mikasa et Armin (ainsi que l’ancienne opposition entre Mahr et Eldia), la saison 4 a poussé les choses encore plus loin. Grâce au pouvoir du Titan Assaillant, Eren a pu voyager dans le temps et découvrir les secrets dissimulés derrière toute la mythologie d’Eldia. L’origine des titans, la vie d’Ymir (le titan originel) et la malédiction qui pèse sur elle : tout cela a été révélé avant que le dernier acte de l’œuvre ne débute.

Et malgré tous ces rebondissements, le véritable choc survient lorsque nous réalisons que tout était là, sous nos yeux, depuis si longtemps. Depuis 2017, pour être précis. Dans le troublant mais magnifique générique « Yuugure no Tori » (Les Oiseaux du soir), des œuvres d’art au style ancien (comme des gravures médiévales) retracent chronologiquement tous les événements majeurs de l’histoire d’Eldia. Nous découvrons ainsi la vie d’Ymir, alors que, à l’époque, le manga n’avait même pas encore évoqué ce personnage.

En 2017, personne ne savait ce qu’était cette chose…

Évidemment, nous exagérons un peu en parlant de spoil. Sans aucun contexte, il aurait été extrêmement difficile de deviner quoi que ce soit dans ce générique. Mais cela reste incroyablement ingénieux. Non seulement cela prouve que tout avait été soigneusement planifié dans l’esprit d’Hajime Isayama depuis des années, mais cela crée également ce que la série (malheureusement) perd dans son dernier acte : une mythologie d’une envergure vertigineuse et inimaginable.

Que ce soit la musique (composée par le groupe Shinsei Kamattechan) ou les visuels, tout contribue à créer une ambiance glaciale, cryptique et pourtant évocatrice de l’ensemble du récit. Une prouesse qui renforce le sentiment d’impuissance du spectateur (ou du lecteur) face à l’immensité de ce qu’il contemple. Une horreur ancienne et millénaire qui laisse peu de place à l’espoir, mais qui conserve néanmoins une fascination indéniable.

…et les lecteurs du manga l’ont découvert deux ans plus tard

Et ce n’est pas la seule fois où le studio Wit s’est amusé à disséminer des indices (voire plus) sur la suite de l’œuvre. Le flash-back de la Ymir « moderne » dans la deuxième saison de la série a révélé Mahr sans que nous en ayons conscience et a dévoilé le fameux « Axe » du Titan originel (dans l’une des plus belles scènes de l’animé). Une séquence qui arrive bien plus tard dans le manga, et un choix d’adaptation audacieux (parmi tant d’autres !).

Plus tard, des éléments plus subliminaux des secrets du manga (comme de petites apparitions de la jeune Ymir ou même la vision d’un dirigeable) se glissent dans les différents génériques d’ouverture et de fin de la série. Cela crée un jeu de piste captivant qui donne envie de plonger encore et encore. Toutes ces libertés prises par le studio Wit ont réussi à exciter l’impatience et la curiosité des spectateurs, tout en conférant au travail remarquable d’Isayama une aura mystique formidable.

ARTICLES ASSOCIÉS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Vous seriez intéressé